Blog commun d’Alci et d’Alphonse.

March 14, 2006

Une démocratie sans frein?

Filed under: Général (dégénérés) — Alci @ 3:00 pm

Démocratie et droits de l’Homme.

La semaine dernière le gouverneur du South Dakota a signé une loi visant à rendre illégal tout avortement sauf quand la vie de la mère en dépend. Certains critiquent les problèmes que posent cette rigidité notamment pour des cas de viol ou d’inceste. Mais cela est déjà faire le jeu des religieux conservateurs américains car l’enjeu du débat ne concerne pas les conditions de l’avortement, mais celui des droits de la femme, du droit de chacun à disposer de son corps. Rentrer dans des discussions d’épicier sur les circonstances qui peuvent légitimer l’avortement c’est être aspiré par une spirale très dangereuse pour les droits de l’homme. La loit cherche en effet à remettre en cause l’arrêt Roe vs Wade.

La question de l’avortement est intéressante aux Etats-Unis car elle montre la tension entre démocratie et droits de l’homme. Le gouverneur du Dakota du sud a été élu démocratiquement, il dispose d’un Congrès qui a voté cette loi, lui-même élu par le peuple du Dakota du sud ? Que faire donc (comme disait Vladimir) ? Doit-on considérer que la démocratie doit tout décider ou plutôt qu’il existe des droits fondamentaux qui ne peuvent pas être remis en cause même par 50% de la population.
Adoptons un instant une vision utilitariste pour juger ce qui est bon ou non. Une position en faveur d’une démocratie toute puissante serait qu’il faut tout faire pour maximiser le bien de la majorité de population.
Dès lors si une majorité considère qu’on doit interdire l’avortement pour qu’ils soient heureux, l’utilité globale de cette interdiction dépasserait les problèmes qu’elle causerait à d’autres. Imaginons une société avec des minorités ethniques, religieuses ou sexuelles, si la majorité décide que pour son propre bien il serait justifié moralement selon des utilitariste de mettre en esclavage les minorités si la majorité y gagnait.

Pouvons-nous laisser à la majorité la possibilité de dicter ce qui est bon ou non, décider quels droits sont légitimes ou non ?

Les exemples pris à partir de l’utilitarisme montrent bien qu’il doit exister des droits, des protections pour les individus et les groupes sociaux qui ne se fondent pas sur le vote de la majorité ?
Le système américain a cet avantage qu’entre la loi des Etats et les jugements de la Cour Suprême fédérale on a cette tension entre démocratie et protection des droits de l’Homme même si elle prend la forme d’une lutte entre religieux réactionnaires et forces progressistes. Le problème reste maintenant de justifier ces droits rationnellement ce qui est une autre paire de manche.

Cf : pour une discussion sur la question : voir le début du livre de John Rawls, A Theory of Justice.

Advertisements

1 Comment »

  1. Thank you so very much!nThis was so very helpful. Click http://link.mx/hool08200

    Comment by jenniebaxter10514 — April 8, 2016 @ 12:03 pm


RSS feed for comments on this post. TrackBack URI

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

Blog at WordPress.com.

%d bloggers like this: